clea vincent pour beau label midnight special records a stereolux

Beau Label à Stereolux : rencontre avec Cléa Vincent

À l’occasion de la venue du label Midnight Special Records, à Stereolux, le jeudi 26 mars 2020 pour l’évènement Beau Label. Big City Life a pu échanger avec Cléa Vincent, artiste pop qui, à l’occasion de la sortie de son dernier album Nuit sans sommeil sera présente à Nantes. Retrouvez l’interview juste en dessous pour vous faire patienter jusqu’au live. 😉

Cléa Vincent débarque à Stereolux pour l’évènement Beau Label et elle a hâte de vous retrouver !

Cette matinée on l’a passé au téléphone avec Cléa Vincent qui nous attendait avec un café et son portable. Joyeuse et pleine d’enthousiasme, on a commencé à lui poser nos questions bizarres sur ses Nuits sans sommeil… C’est parti 😉 

  • Si tu avais un groupe de prédilection pour tes insomnies, lequel serait-ce ? 

Un groupe qui pourrait accompagner une insomnie… C’est le groupe Catastrophe qui est un peu comme un collectif qui pose beaucoup de questions. C’est un groupe hybride qui mélange musique, performance, danse, théâtre. (…) Catastrophe, c’est un groupe très pop et qui questionne beaucoup le public ou l’auditeur. Je m’y retrouve bien en ce moment. (…) Dans les moments où j’ai besoin de m’apaiser, de réponses, je vais vers ce groupe là, par exemple. La chanson notamment que j’aime beaucoup c’est Maintenant ou Jamais (elle fredonne le titre).

  • Le film que tu regarderais pendant une nuit blanche ?

Il y a un film que j’ai redécouvert il n’y a pas longtemps. Ça fait un peu cliché mais c’est un film qui s’appelle La maman et la putain. C’est un film qui est une ode à l’oisiveté. C’est un film philosophique et en ce moment je me retrouve bien dans les films de la nouvelle vague. On est sur des dialogues qui interrogent sur les relations humaines, l’amour, le désir. Ce sont des films philosophiques et esthétiques à la fois. 

  • Le livre que tu te verrais dévorer pendant une insomnie ? 

Il y a un livre qui s’appelle Sommeil de Haruki Murakami. C’est un livre qui parle justement d’une femme qui ne dort plus. C’est la déambulation d’une femme qui n’a plus jamais sommeil. On comprend à la fin pourquoi elle ne dort plus. 

  • Une nuit sans sommeil pour aussi faire la fête ? 

À fond ! D’ailleurs, j’ai eu l’audace de passer Nuit sans sommeil, le single de l’album, au Balajo. Le Balajo est une boite de nuit mythique à Paris qui existe depuis 1936. C’était historiquement un lieu où il y avait des bals, où on dansait le bougie, le rock et c’est une boite qui existe encore. On m’a demandé de passer de la musique. J’ai passé tous les morceaux que j’aimais du moment et quelqu’un m’a dit « aller passe ton morceau en dernier », je n’osais pas mais bon je l’ai fait. J’ai passé Nuit sans sommeil et ça m’a fait extrêmement plaisir et beaucoup d’émotion de voir dans une boite de nuit mon morceau. Les gens qui chantaient et dansaient et qui avait l’air content. C’était trop bien. J’avoue que ça fait un peu bizarre de passer sa propre musique mais je me suis dit, aller merde je le fais. 

  • Ou pour trouver un label ? Tu as rencontré un des créateurs de Midnight Special Records lors d’une scène ouverte si on ne se trompe pas ? 

Exactement, c’était il y a 10 ans maintenant. C’est drôle maintenant que j’en parle avec toi. C’était une scène ouverte où j’avais joué deux chansons avec un clavier à pile tout petit que j’avais mis sur mes cuisses et je chantais comme ça. C’était vraiment le tout début où je chantais mes chansons en public et il y avait Victor, le directeur de Midnight Special Records. Il m’a vu comme ça 100% nature, il n’y avait aucun artifice, c’était vraiment à poil et il s’est dit tient cette artiste j’ai envie de travailler avec elle. Depuis on ne s’est jamais quitté professionnellement parlant. 

  • Tu es auteure, compositrice et interprète, quand est-ce que tu prends du temps pour créer ?  

En ce moment même, j’ai mon studio d’enregistrement qui est au sous-sol du Carreau du Temple, un lieu d’art à Paris. J’ai une pièce avec un piano à queue donc c’est un peu classe tu vois, ça fait un peu diva de Las Vegas. J’ai cet endroit qui m’a été prêté pour 2 ans et avoir un espace ça me pousse vachement à y aller et à composer. Maintenant que j’ai ce lieu, dès que j’ai un jour off j’y vais et je travaille. 

  • Un mot pour les Nantais qui vont venir te voir le jeudi 26 mars 2020 ? 

On est très heureux de revenir à Nantes pour la 5ème fois, si je ne me trompe pas. On sait d’avance qu’après le concert on va pouvoir aller faire la fête. Et sinon on est très heureux de vous présenter le nouvel album et peut-être même des chansons en avant-première d’un EP qui va sortir au printemps. Du nouveau, de l’inédit et beaucoup de joie de vous retrouver. 

Rendez-vous à l’évènement Beau Label, jeudi 26 mars 2020, à Stereolux pour découvrir Cléa Vincent en concert mais aussi Michelle Blades et Le Groupe Obscur

Plus d’infos !

À très vite dans les rues de Nantes. 😉


Lise Simon

Rédactrice en cheffe