laurent castellani photographe nantes

Laurent Castellani : le photographe Nantais que tout le monde s’arrache ! 

Photographie, illustration, céramique, décoration… À l’approche des fêtes, Big City Life a concocté une jolie sélection de créateurs, artistes et entrepreneurs Nantais. De quoi donner plein de belles idées de cadeaux locaux à mettre sous le sapin ! Cette semaine, on part à la rencontre de Laurent Castellani, un des photographes les plus talentueux de Nantes.

Créateurs Nantais : les photos envoutantes de Laurent Castellani

laurent castellani photographe nantes 1

Fasciné par l’image depuis toujours, Laurent Castellani ne se destinait pas pour autant à la photo. Il commence sa carrière en tant que designer digital dans le milieu du luxe et explore sa créativité en réalisant ses propres films le soir et le week-end en parallèle de son travail. Petit à petit, il passe des films à la photo et réalise une première série de nuit : Mulholland. Repérée pour son esthétique envoutante et mystérieuse, cette série shootée dans l’obscurité de décors urbains à Nantes marque un tournant dans sa carrière. À partir de là, tout s’accélère pour le jeune Nantais. Il est approché par de grandes marques de luxe et les collaborations se multiplient.

Au fur et à mesure de ses projets, le photographe développe une attirance pour le minimalisme. Au cœur du travail de l’artiste : la lumière. Il apprend à l’apprivoiser pour sublimer la beauté naturelle de ses modèles. En ressortent des clichés épurés, empreints de douceur et d’émotion qui ne laisse que l’essentiel à l’œil. Très suivi sur Instagram, Netflix remarque son travail via les réseaux sociaux. Le Nantais travaille actuellement avec le géant de la vidéo sur une éventuelle collaboration.

laurent castellani photographe nantes 2

Pour tous les amateurs de photos, Laurent Castellani met en vente certains de ces plus beaux clichés sur son site internet. Chaque photo est vendue en édition limitée à 50 exemplaires, numérotée et signée. À partir de 50€ en fonction du format !

Cet article a été écrit par une rédactrice bénévole : Céline Euzen.

 


Céline Euzen