fbpx
concours intrenational deloquence dominik abbas nantais nantes

Le grand gagnant du concours international d’éloquence est un Nantais !

Ce mardi 25 mai 2021 avait lieu la finale du concours international d’éloquence au Panthéon. Le gagnant de cette troisième édition n’est autre qu’un Nantais : Dominik Abbas. Big City Life lui a donc passé un petit coup de fil. Tout d’abord pour le féliciter, puis pour qu’il nous transmettre ces premières impressions sur ce prix prestigieux. 

Dominik Abbas, Nantais et grand gagnant du concours international d’éloquence ! 

L’éloquence est l’art de bien parler, d’émouvoir, de persuader. C’est l’art de maîtriser sa pensée dans l’action. Hier soir, mardi 25 mai 2021, se jouait la finale du concours international d’éloquence organisé par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Après avoir vécu la demi-finale dans l’un des plus beaux amphithéâtres du monde qu’est l’amphithéâtre Richelieu, la finale avait lieu en compagnie d’Agnès Jaoui (marraine de l’événement), sous la coupole du Panthéon. 

Pour rappel, cette troisième édition du concours avait lieu en quatre étapes. Avec plus de 500 étudiants inscrits, la finale ne s’est jouée qu’en présence de huit candidats. Parmi eux, Dominik Abbas, originaire de Nantes, actuellement étudiant en deuxième année de Sciences Politiques à la Sorbonne et en première année de langue arabe à l’Inalco.

Cette finale se constituait de deux parties : un passage sous forme de duel (une personne répondant à l’affirmative et l’autre à la négative) sur un sujet tiré au sort, puis un passage sous forme d’éloge sur une personne ou un objet au choix. Dominik Abbas a traité la forme négative d’une chanson de Jane Birkin Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve, puis a fait l’éloge des terrasses. “Je n’arrivais pas à trouver une personne en particulier, ou alors il y en avait trop. Alors, j’ai décidé de faire l’éloge des terrasses. Diderot, Voltaire, étaient des grands hommes de café, c’est un intemporel en France”. 

Dominik Abbas, nantais : “une éloquence, c’est une séduction”

concours intrenational deloquence dominik abbas nantais nantes

Lors de notre échange avec Dominik, on a bien ri et appris ! On lui a demandé de nous raconter les coulisses du concours, il nous a parlé de la bienveillance qui règne entre candidats et puis d’une anecdote (qu’on a eu du mal croire !) sur son retard qui l’a amené à la victoire.

Le dimanche, c’est-à-dire deux jours avant la finale, Dominik n’avait toujours rien écrit. Se trouvant entre amis sur une île magnifique dans le sud, ce n’est que sur le bateau retour qu’il a trouvé l’inspiration. Il s’est dit : “le bonheur c’est ça, j’ai marché toute la journée, j’ai des courbatures, des crampes et pourtant, je suis heureux.” Il a donc rédigé la première partie de son discours sur le bateau, l’autre parti dans le TGV direction Paris ! “J’ai répété pour la première fois devant mes amis dans le train, entre deux wagons pour ne pas déranger les autres voyageurs. C’était assez drôle à voir !”

“L’éloquence, on voit ça comme quelque chose de technique, mais c’est avant tout un art oratoire. C’est vraiment une création au même titre qu’un tableau. Il y a une réelle dynamique créatrice !” Originaire de Nantes, Dominik a créé Nantenne Jeunes, webradio nantaise. L’objectif de ce média était de donner les clés aux jeunes de quartier pour prendre la parole et surtout se sentir légitime à s’exprimer. Participer à ce concours d’éloquence est un peu comme une prolongation de ce projet nantais.

Alors, quand on demande à notre grand orateur s’il a quelque chose à transmettre aux Nantais, il répond : “ne jamais brider ses ambitions. On a tous des choses à dire, on est tous légitime à les porter. Il ne faut pas hésiter à prendre part aux débats publics.” S’il y a bien quelque chose que lui a appris le concours, c’est qu’en échangeant dans le respect de l’autre, on arrive à avancer et créer quelque chose de nouveau. 

Quoi de mieux pour conclure que cette citation de Robert Badinter que nous a soufflé Dominik, “Plaider c’est bander, convaincre c’est jouir”. Félicitations à notre champion ! 😉 


Lise Simon

Rédactrice en cheffe