SuperBoom Records

Nilson José, le rire à la nantaise

Nilson José. Dans cette idée de promouvoir la culture urbaine de la ville de Nantes, on avait envie de s’intéresser de plus près au rire. Le rire au sens noble du terme avec un artiste activiste à part entière dans l’univers du Stand Up nantais. Nilson! Si vous suivez de près l’actu des sorties dans notre agenda, vous avez déjà entendu ce nom.

Cette année, Nilson José était notamment présent à l’Australien Café (Party en Live avec Kenny), au Dock Yard (West Side Comedy Club) et au Théâtre 100 Noms (Chrysanthèmes et Vieux Sapins). Infatigable, l’humoriste nantais s’exile tout le mois de Juillet au Festival d’Avignon pour des « Affaires de Famille. » Entre toutes ces dates, T-Pouce de Big City Life a réussi à mettre la main sur celui qui nous fait rire!
Rencontre.

BCL : Salut Nilson,
Nilson José : Salut,

BCL : Alors, première question toute simple, est ce que tu peux nous raconter ton parcours. 

Nilson José : Au début de mon histoire, il y a l’Angola (ancienne colonie portugaise) où je suis né. Je suis arrivé en France grâce à mon frère qui avait demandé l’asile politique (lui est retourné en Angola suite à un refus). Arrivée en 2001 à l’âge de 15ans j’ai appris à parler le français ici. Au départ, j’étais un peu dissipé. Le chenapan de la classe qui a toujours des bonnes notes malgré ses pitreries c’était moi (rires). Par la suite, j’ai passé un BEP comptabilité imposé, puis un bac communication et commercial et enfin un BTS management.

BCL : Rien à voir avec le Stand Up et l’humour alors?

Nilson José : Non c’est clair. Mais, un jour j’ai réalisé en lisant un bouquin que ce n’était pas ce que je voulais faire. Dans ce livre l’auteur disait : « Quand tu vas bosser il faut avoir le sentiment que tu apportes quelque chose aux gens ». Et, je me suis naturellement orienté vers le théâtre. Très vite, j’ai fais des sketchs et ça a marché ! Mon premier spectacle « Affaires de famille » est lancé en 2009, mais à l’époque je travaillais à côté. C’est seulement depuis 2011 que je peux vivre de mes spectacles. En moyenne je sors un spectacle par an (« La belle et le chat » spectacle pour enfants, « Le journal d’Amélie », « Chrysanthèmes et vieux sapins »…)

BCL : D’où te vient cette facilité à l’orale ?

Nilson José : Elle me vient de ma double culture africano-française et de par ma double éducation. Par exemple, en Angola, on raconte beaucoup d’histoires, on partage constamment à l’oral avec des mimiques, des blagues… Et, la langue française de son côté est une très belle langue qui permet de dire des choses magnifiques.

À la piscine, quand tu es enfant et que tu montes sur le plongeoir, tu te dis : « Je vais me vautrer, ça ne va pas marcher! » Soudain, tu sautes, ça marche et tu n’as qu’une envie,  c’est de recommencer.

Nilson Nantes 2014BCL : Pourquoi as-tu choisi cette voie ?

Nilson José : Pour apporter la joie, le rire et des bons moments aux gens. À l’inverse ce métier me procure beaucoup de stress, car faire rire un public ça fait peur. J’ai peur de tout rater, de ne pas être à la hauteur. Mais, cela m’apporte aussi une satisfaction énorme car tu es dans le partage d’émotions de manière assez intense. Pour résumé la situation, il y a une métaphore que j’aime bien utiliser : « À la piscine, quand tu es enfant et que tu montes sur le plongeoir, tu te dis : « Je vais me vautrer, ça ne va pas marcher! » Soudain, tu sautes, ça marche et tu n’as qu’une envie,  c’est de recommencer. »
En réalité, aujourd’hui, je suis comme un gamin. J’ai peur d’y aller, mais quand j’y suis, je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner!

BCL : As-tu une anecdote de tes débuts à nous raconter?

Nilson José : Un jour j’ai posé une question à une personne du public : « Est ce que vous avez des choses à regretter ? » Une femme m’a répondu :  « Je regrette d’avoir été dans une boîte échangiste avec mon mec et ses copains au Cap d’Agde ». J’étais super gêné! J’ai rigolé et j’ai répondu : « Et sinon il y a quelqu‘un d’autre… »

BCL : Quel conseil donnerai-tu as à un jeune qui veut devenir comédien ?

Nilson José : Premièrement, on peut arriver à en vivre si on travaille d’arrache pied et sérieusement. Et deuxièmement, peut importe ce que vous allez faire dans ce métier, vous serez un jour forcément critiqué alors, foncez!

BCL : Qu’est ce que tu n’as pas expérimenté et que tu rêverais de faire ?

Nilson José : Un spectacle humoristique version comédie musicale.

Les personnes qui m’ont inspiré en humour ce sont plutôt les Bill Cosby, Eddy Murphy, Jim Carrey, Kevin Hart…

BCL : Tu es de la même génération que le Jamel Comedy Club. Est ce que tu regardais l’émission ? Et, est ce que les participants ont été une source d’inspiration?

Nilson José : Oui j’ai beaucoup regardé l’émission et j’ai adoré les sketchs de certains humoristes. Mais, les personnes qui m’ont inspiré en humour ce sont plutôt les Bill Cosby, Eddy Murphy, Jim Carrey, Kevin Hart…Mais pour revenir au Jamel Comedy Club, c’est vraiment une superbe idée qui permet de révéler beaucoup de personne qui le mérite.

BCL : Si tu étais une femme dans ce métier tu serais…

Nilson : Claudia Tagbo 

BCL : Cite nous un de tes artistes favoris :

Nilson : Kevin Hart et Bill Cosby

BCL : Cite nous une expression favorite ou une citation que tu aimes bien:

Nilson : C’est une phrase que j’ai entendu dans un manga (Naruto): « C’est lorsque l’on a envie de protéger quelqu‘un, que la vraie force d’un homme apparait ! »


DEALER

BigCityLife t’apporte ta dose de bons plans
- places gratuites et sorties insolites -