fbpx
invendus bottes geantes voyage a nantes potager cantine 2020

Voyage à Nantes 2020 : une géante paire de bottes dans le Potager de la Cantine

Le Voyage à Nantes commence à attirer notre curiosité ! Avec cette édition 2020 reportée du samedi 8 août au dimanche 27 septembre 2020, une œuvre est déjà visible à partir de ce mardi 2 juin 2020. Celle-ci est installée au quai des Antilles, sur l’Île de Nantes. D’ailleurs, on dirait bien qu’un géant a oublié ses bottes dans le potager de la CantineBig City Life vous en dit plus juste en dessous. 😉

De gigantesques bottes oubliées dans le Potager de la Cantine

invendus bottes geantes voyage a nantes potager cantine 2020 2
© DR

À partir du mardi 2 juin, en vous promenant sur le quai des Antilles, peut être allez-vous apercevoir une géante paire de bottes installée dans le potager de la Cantine. Oui oui, vous avez bien lu ! C’est un coup du Voyage à Nantes, qui continue d’attirer notre curiosité dans les rues de la cité des Ducs. Cette année fait place à une œuvre intitulée Invendus, réalisée par l’artiste Lilian Bourgeat. Vous ne pourrez pas la manquer, les bottes mesures près de 3 mètres de haut ! On dirait bien qu’un géant est passé par là…

Crée il y a cinq ans, le Potager du Voyage à Nantes a rassemblé de nombreux acteurs locaux pour sa conception, son entretien ainsi que ses récoltes. L’œuvre de Lilian Bourgeat vous invite donc à venir découvrir cet espace agricole, qui réinvente le maraîchage nantais en milieu urbain. En effet, la représentation des bottes géantes nous laisse libre court à notre imagination, tel un maraîcher qui aurait laissé ses souliers après une longue journée de labeur.

Mais pourquoi des bottes ?

Si vous êtes curieux comme nous de savoir ce que font deux pieds gauches dans le potager du Voyage à Nantes, voici quelques explications. 😉

potager cantine van
http://gastronomica.fr/wp-content/uploads/2016/05/IMG_8146.jpg

L’artiste Lilian Bourgeat nous interroge sur le lien de l’art au monde, en déstabilisant nos repères avec son travail sur l’agrandissement des objets. Il met en lien des sujets du quotidien avec des situations singulières. Cette interrogation s’est déjà portée sur d’autres œuvres telles que Mètre ruban, installée sur le parcours de l’Estuaire. Ses objets hyperréalistes se situent entre fonctionnalisme possible et démesure. Les gigantesques bottes apparaissent donc comme un monument dédié à la simplicité de l’outil, mais à son importance à construire notre imagination. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les œuvres de cette édition 2020 du Voyage à Nantes, rendez-vous sur notre article sur le rideau d’eau de la façade du théâtre Graslin 😉

Plus d’infos !


Manon Tual